Artkatana
La Forge
Il existe différents types de lames, issus de techniques de forges qui varient mais qui ont un seul but commun : avoir une lame assez dure pour permettre d'avoir un tranchant bien affuté et résistant, tout en étant assez tendre pour pouvoir absorber les chocs sans se briser. C'est là le paradoxe que doit atteindre un bon katana. Voici donc pour vous aider une liste des types de lames par ordre croissant de qualité et rareté, et la manière dont elle se rapprochent de cette perfection.
Les marus en acier carboné (1045, 1060, 1095)

Un katana en acier carboné (abus de langage car de l'acier contient forcément du carbone) constitue la première gamme de katanas. Ce sont déjà des katanas relativement efficaces puisqu'il faut savoir que lors de la Seconde Guerre par exemple, bon nombre de katanas étaient des marus. L'acier n'est autre que du fer contenant du carbone. Le carbone permet de rendre le métal plus dur, et c'est ainsi que l'on parle de maru 1045, 1060, ou 1095, c'est à dire avec 0,45% de carbone, 0,60%, ou 0,95%. Ce sont les taux les plus courants, bien que l'on trouve beaucoup de 1055, 1070, 1075 ou encore 1090. Le 1095 constitue le haut de gamme de ce type de katana : assez de carbone pour être très incisif et pouvoir être bien affuté, tout en étant assez souple pour absorber les coups. Un 1045 sera bien moins efficace, mais plus tendre et aura donc une meilleure absorption des chocs. Un 1045 coûte environ 150 euros, un 1060 aux alentours de 230, et un 1095 débute à 275 euros. Ces prix ne sont qu'indicatifs, car en fonction de la qualité des éléments du manche ou du fourreau on peut en trouver des plus ou moins chers. On parle aussi d'acier Shigane ou acier tendre (1040 à 1050 environ), d'acier dur ou Kawagane (1055 à 1075 environ) et d'acier très dur ou Hagane (1080 à 1095).

Sachez que le taux (1060...) permet aussi d'avoir une indication sur la concentration de bien d'autres éléments importants tel que le chrome ou le molybdène. Le chrome permet aux lames de rouiller moins facilement (considérées comme inoxydables à partir de 13% de chrome) et le molybdène permet aux lames d'absorber les coups sans risque de casse malgré un haut taux de carbone. Ceci explique la "suprématie" du 1095 dans cette catégorie de lames.
L'acier T10 ou C105

L'acier T10, aussi appelé plus couramment C105 en Europe, est un acier dont la conception est très intéressante. Il contient en effet 1,05% de carbone en moyenne, permettant un fil plus dur et donc plus durable que du 1095, il peut aussi être affûté plus finement. Mais à l'inverse d'un acier carbone classique, il a aussi des adjuvants bien particuliers qui lui confère une excellente souplesse. Alors que sa dureté devrait donc en contre-partie le rendre moins souple dans sa globalité et un peu moins résistant qu'un 1095 face aux chocs puissants (moins bonne absorption des vibrations), c'est tout l'inverse, le T10/C105 s'avère plus souple que du 1095 tout en ayant un fil plus dur et donc plus durable. Il a donc tous les avantages et c'est un acier qui est aujourd'hui largement utilisé aux États-Unis, il arrive tardivement en France, mais nous sommes heureux d'être passés en 2019 au "tout T10/C105", qui remplace à présent notre 1095 pour des lames de plus haute qualité, sans que nos tarifs soient changés. Attention : en europe il existait déjà chez une célèbre marque allemande où il était (et est toujours) désigné en tant que "Tamahagane". Évidemment ce n'en est pas, le T10/C105 est certes un acier d'une qualité remarquable, mais le Tamahagane est un acier produit d'une manière bien particulière.

Les lames damas

Les katanas en acier damassé sont créés au moyen d'un ingénieux procédé consistant à superposer des couches d'acier tendre et d'acier beaucoup plus dur. Ainsi, on obtient une lame à la fois dure et souple. De plus, il en résulte une lame nervurée pour le plaisir de nos yeux. Cette image parle d'elle même, on peut en effet apercevoir les différentes couches d'acier.
Il existe cependant de fausses lames damassées. Par exemple un laminage industriel des habituelles couches d'acier permet d'imiter l'aspect damassé, et c'est ainsi que même certains producteurs très connus utilisent cette technique. C'est le cas de Mcusta, forge Japonaise pourtant réputée pour ses couteaux (qui sont par ailleurs hormis cette imitation de très bonne qualité). Ces imitations sont difficiles à reconnaître, mais ne soyez donc pas surpris de voir des katanas spécifiés damas bien en dessous du prix habituel ! C'est courant... et vous savez maintenant pourquoi. Un katana damas coûte plutôt dans les 350-400 euros.

Les katanas composites

Cette gamme de katana consiste comme son nom l'indique à forger des lames avec plusieurs aciers, disposés de manière à avoir un tranchant dur et un centre plus tendre pour améliorer l'élasticité. C'est clairement dans ce type de katanas que l'on trouve des chefs d'œuvres de conception, avec des lames à la fois dures, efficaces et résistantes.

Ce schéma nous montre les différents types de katanas composites avec, vous l'aurez deviné, l'acier dur en bleu foncé, le moyen en bleu clair, le tendre en gris.
Les katanas en acier Tamahagane

L'acier Tamahagane est l'acier traditionnel japonais qui servait à forger les lames. C'est un acier à très haute teneur en carbone (montant parfois jusqu'à 1,5%) et qui permet donc de créer des sabres extrêmement affûtés. On a coutume de différencier le tamahagane en provenance du Japon, et le tamahagane extérieur.
Dans tous les cas, le sable ferrugineux est important, il doit être concentré en molybdène et au contraire très peu en phosphore (qui a la conséquence inverse du molybdène et rend l'acier moins souple). Le résultat est bien évidemment un acier de très grande qualité.