Artkatana
Gravures ou Horimono sur katana
Horimono ou Chōkoku (彫刻, "sculpture") désigne en Japonais une gravure faite sur la partie visible de la lame. On parle assez peu de ces Horimono, pourtant certaines gravures peuvent être qualifiées de traditionnelles car très largement reprises par de nombreux forgerons à diverses époques. La plus-part du temps, ces gravure étaient réalisées dur les sabres de cérémonie (beaucoup de tantos donc). Les graveurs n'étaient pas toujours les forgerons, ce pouvait être un métier à proprement parler. On appelait ces artisans les Horimonoshi (彫物師) ou Chōkokushi (彫刻師). Ces gravures avaient en général des connotations religieuses.

L'épée, ou Ken, représentait la divinité Fudo Myoo :
Celle-ci était aussi parfois représentée directement :
Fudo Myoo, aussi appelé Acala l'immuable ou « Acalanātha » est une divinité bouddhique liée au feu et à la colère, aussi l'un des cinq rois du savoir. Ces rois de Science sont les gardiens du bouddhisme, et Fudo Myoo en est le chef de file.
On voit aussi très souvent des Sankozuka ou Vajra. Une fois de plus lié à la religion, cet objet rituel représente l'illumination. Dans la mythologie, il est considéré comme étant le premier objet à avoir prit forme dans l'univers. Il symbolise « l'action efficace » par excellence.
Le Goma Hashi, utilisé sur les autels des temples Shinto, représentants les baquettes japonaises utilisées lors des cérémonies bouddhiste.
Plus courant, les Bonji, symboles religieux Sanskrits (langue indo-européenne) :
Vient ensuite le dragon (Ryu) très largement présent.
Avec ses variantes : Nobori-ryu/Kudari-ryu/Soryu constituées de deux dragons, Tamaoi ryu étant un dragon poursuivant le joyau du bouddhisme, le Bai Ryu, entouré autour d'un arbre, et enfin le Joge Ryu, deux dragons (l'un montant l'autre descendant) autour d'une épée (Ken).

La variante la plus connue, le « Kurikara », entouré autour d'une épée.
Avec Le Shin no Kurikara, ou version réaliste :
Il y a aussi le Gyo no kurikara (version simplifiée) et le So no kurikara (forme stylisée) :
So no Kurikara
Vient ensuite le Kuwagata, représentant l'avant d'un casque, un kabuto (voir plus bas).

Et le Rendai, représentant une fleur de lotus :
Le Kensaku, qui est une corde portée par les bouddhiste de Fudo Myoo :
Le Hatahoko (ou hallebarde) :
Il existe bien d'autres Horimono, en général tous liés au bouddhisme (Les divinités Tachi Fudo, Kaen Fudo sont aussi parfois représentées).

Voici quelques shémas de ces horimono (cf. Connoisseur's Book of Japanese swords, par Kohan Nagayama).